Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Les Voisins de la Place

Bla bla bla bla
sarah-k : Oui ! Je veux bien chanter mais en aucun cas, je prends le RER.
castor : Ne pas prendre le RER est effectivement une sage décision.
sarah-k : Tu es à Paris ?
castor : Oui, oui
sarah-k : Ah ! Ben, on se voit alors.
castor : Le dernier bar avant la fin du monde, Samedi?
sarah-k : C'est encore la fin du monde. Non ! Samedi, mariage....
castor : Dimanche?
suzanne-r : Simplement un p'tit coucou :-)
sarah-k : Un p'tit coucou Suzanne.
suzanne-r : 14/07/07 - je re-visite mon joueb ... que c'était naïf... mais je ris encore en lisant tes commentaires :-)
suzanne-r : 14/07/17 :-))) à force de visiter mes archives :-)))
sarah-k : Hello ! Suzanne
27/08/17.
Oui ! On a passé des bons moments.




Vous l'avez dit !

RESF numéro d'urgence

contact

Sur Place

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Bien à vous!

  Quand Vienne, après vous avoir fait valser, vous exaspéra.....

 

 

Ah! Wien et l'étouffant conformisme architectural, les dorures, les clinquants, les bals et les revues.
"Les grands hôtels qui ont toujours l'air de viennoiseries en crème fouettée, la statue d'un Richard Strauss enivré de son propre violon, où danseurs et danseuses ont exactement l'air de couronner une pièce montée" (Guy Hocquenghem)
Cette ville est aussi gracieuse qu'un sofa, aussi gracieuse que les rideaux que Schoenberg ou Wittgenstein, Schintzler, Klimt, Kokoschka ou Freud tentèrent d'arracher, dévoilant sous l'hypocrisie "la nudité expressioniste des refoulements, des passions et des suicides".
19 Berggasse, Vienne a toujours haï Freud, cette ville s'y connaissant mieux que personne pour enterrer ses propres génies.

19 Berggasse, lieu mythique des âmes tourmentées.
Je me suis penchée pendant quelques années sur vos textes, Monsieur et à l'instar de georg Christophi  Lichtenberg, j'ai quelquefois pensé que votre théorie psychologique équivalait à celle bien connue en physique qui expliquait l'aurore boréale par le reflet des harengs, mais pas toujours et j'ai cultivé à votre égard une bien curieuse ambivalence.
Pénétrant dans votre vestibule puis dans le salon d'attente et enfin dans votre bureau déserté, pour vous plaire, j'y suis entrée avec les pires de mes fantasmes, enfin les pires, vous auriez été, je pense, bien déçu par la pauvreté de leurs violences.
L'imagination ne peut tout faire et ce bureau vide de toutes choses m'a rappelé qu'un beau jour de mars 1938, vous avez été jugé indigne de rester citoyen Viennois et prié de vous taire à jamais.
Dans une déclaration, vous aviez certifié qu'aucune tracasserie n'avait été menée contre votre personne et contre vos co-habitants, jusqu'aujourd'hui, le 04 juin 1938.
Vous vous trompiez, l'immeuble avec ses habitants fut l'antichambre de la déportation dans les camps.
Vous arriviez en cet été 38 à Londres avec l'aide de Marie.B, il ne vous restait qu'un an à vivre.

De Vienne, je ne retiendrai que le 19 berggasse, et la conférence de Béatrice.M

Bien à vous Vienne et avec toute ma rancune.

(ce bla-bla n'est qu'une projection dans le passé et rien d'autre.)

Freuds verchwundene nachbarn
berggasse 19,A-1090 Wien (jusqu'en septembre 2003)
tel: 00 43-1-319 02 79
www.freud-museum.at, office@freud-museum.at

Ecrit par sarah-k, à 17:41 dans la rubrique "HUMEUR".

Commentaires :

  Bécassine
21-05-03
à 20:40

Autre valse, autre temps

As-tu remarqué, le miroir n'a pas changé de place! Un acte volontaire ou un simple oubli? Béatrice M

  sarah-k
sarah-k
22-05-03
à 08:48

Autre temps, autre valse.

Un acte volontaire, forcément un acte volontaire.
Et dire que j'ai oublié de me mirer...:-)))


  Bécassine
03-06-03
à 16:01

Re: Autre temps, autre valse.

Je l'avais pourtant laissé là, exprès!
Sigmund Freud


  sarah-k
sarah-k
03-06-03
à 17:54

Autre valse, autre temps

Ah bon!



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom