Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Les Voisins de la Place

Bla bla bla bla
sarah-k : Oui ! Je veux bien chanter mais en aucun cas, je prends le RER.
castor : Ne pas prendre le RER est effectivement une sage décision.
sarah-k : Tu es à Paris ?
castor : Oui, oui
sarah-k : Ah ! Ben, on se voit alors.
castor : Le dernier bar avant la fin du monde, Samedi?
sarah-k : C'est encore la fin du monde. Non ! Samedi, mariage....
castor : Dimanche?
suzanne-r : Simplement un p'tit coucou :-)
sarah-k : Un p'tit coucou Suzanne.
suzanne-r : 14/07/07 - je re-visite mon joueb ... que c'était naïf... mais je ris encore en lisant tes commentaires :-)
suzanne-r : 14/07/17 :-))) à force de visiter mes archives :-)))
sarah-k : Hello ! Suzanne
27/08/17.
Oui ! On a passé des bons moments.




Vous l'avez dit !

RESF numéro d'urgence

contact

Sur Place

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

La Chienlit
La Chienlit


                                      

" Des marchands de fouaces, sujets du roi Picrochole passant sur le chemin de Chinon à Lerné, auprès de bergers eux-mêmes sujets du roi Grandgousier, ces derniers "les requirent courtoisement leur en bailler pour leur argent au pris du marché".

Les premiers non seulement s'y refusèrent mais (que plus est) les oultragèrent grandement, les traitant de malotrus... claquedans... traîneurs de sabres... boyers d'étrons... bergiers de merde ", de "chienlictz" enfin, ajoutant que "poinct à eulx n'apartenait manger de ces belles fouaces, mais qu'ilz se debvoient contenter de gros pain ballé et de tourte".

Archives: Le Monde

Le jour où de Gaulle a craqué



Ecrit par sarah-k, à 16:53 dans la rubrique "DOCU".

Commentaires :

  ImpasseSud
ImpasseSud
29-05-08
à 20:13

Craqué ?

Peut-être vaguement vrai, mais sûrement complètement faux, c'est fou ce qu'on peut attribuer aux gens après leur mort.... surtout quand celle-ci survient peu de temps après les évènements et qu'il n'existe plus aucun risque de démenti. En matière d'Histoire, je suis pour les dates et les faits car personne ne résiste longtemps à la tentation du révisionnisme.

En matière de faits donc, le mot "chienlit", c'est vraiment grâce à De Gaulle (plus qu'à Rabelais) qu'il est entré dans mon vocabulaire et j'en suis enchantée : à mon avis, c'est un des mots les plus expressifs de la langue française... qui, va savoir pourquoi, me revient de plus en plus souvent à l'esprit . :-)


  sarah-k
sarah-k
29-05-08
à 23:42

Craqué ?

Ah, ben non! L'article date du 21 mai 68, on est en plein dedans.
Tu as raison, cette expression a pris ses lettres de noblesse avec de Gaulle.
Mais c'est une expression de l'ancien français comme la "merdasse"
Du révisionnisme, ben, tu y vas pas avec le dos de la cuillère :-)))))

  ImpasseSud
ImpasseSud
30-05-08
à 14:54

Re: Craqué ?

Ah, ben si ! :-))) L'article que tu mets en lien porte la date du 9 mai 1994 ! J)) Heureusement que le « courrier du lecteur » remet un peu les choses en place. En tout cas, ce qu’il dit ressemble plus à ce que je crois avoir vécu, et est plus conforme à la stature de De Gaulle et à son parcours de vie. Qu'il sache partir quand il se sent indésirable, on l'a revu l'année d'après, mais quoi de plus normal, pour un chef d'Etat dont le pays est en insurrection que d'aller s'assurer du soutien de l'armée ?

A mon avis, les évènements de Mai 68 sont encore trop récents et avec trop de témoins partiels encore en vie pour qu'on puisse en écrire l'Histoire de façon objective, tout comme pour la Résistance il y a trente ans, ou la Guerre d’Algérie il y en a encore dix, etc. Il faut laisser décanter, attendre que se déposent toutes les versions, tous les aspects, que la part des complaisances, manipulations et récupérations ne trompent plus personne. A ce moment-là, on pourra commencer à broder comme on l’entend, ça n’aura plus d’importance.

Sortir des dates et des faits, en écrire en 1970, comme l’a fait Jean Lacouture dans sa biographie de De Gaulle, en 1994 ou aujourd’hui (et là je me réfère à la presse), cela signifie avant tout qu’on éprouvait alors et qu’on éprouve encore le besoin de confirmer ou de nier la tendance en cours. En 1970, le désaveu des Français était encore tout frais et il était peut-être de bon ton de le seconder ; récupérer un mot au vol est si facile. En 1994, ce mazarin de Mitterrand (quel autre nom pouvait-il donner à sa fille ? J)) était encore en vie. Aujourd'hui la mode est au dénigrement. Tout ça, ça s’appelle tirer la couverture à soi. Je n’aimais pas De Gaulle et j’ai bien voté contre, mais j’ai vraiment du mal à supporter qu’on transforme un grand homme d’Etat en un fragile vieillard gâteux qui « craqua » (quel pauvre langage quatre-vingt-dixard !) Cui prodest ?


  sarah-k
sarah-k
30-05-08
à 16:17

C'est la faute du Monde

Tu vois, comme on ne peut plus citer,ça une fait embrouille :-))
Le premier article que j'ai bêtement nommé : archives du monde s'appelle en réalité : "la chienlit de Rabelais à de Gaulle" et date de mai 68.
Le 2 ème, en effet de 1994 ,quel langage quand même,en 2008, on dirait qu'il a quécra !
(Bon, ok, je sors et je me bouche les oreilles :-)))))))))))))))!)



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom