Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Les Voisins de la Place

Bla bla bla bla
sarah-k : Oui ! Je veux bien chanter mais en aucun cas, je prends le RER.
castor : Ne pas prendre le RER est effectivement une sage décision.
sarah-k : Tu es à Paris ?
castor : Oui, oui
sarah-k : Ah ! Ben, on se voit alors.
castor : Le dernier bar avant la fin du monde, Samedi?
sarah-k : C'est encore la fin du monde. Non ! Samedi, mariage....
castor : Dimanche?
suzanne-r : Simplement un p'tit coucou :-)
sarah-k : Un p'tit coucou Suzanne.
suzanne-r : 14/07/07 - je re-visite mon joueb ... que c'était naïf... mais je ris encore en lisant tes commentaires :-)
suzanne-r : 14/07/17 :-))) à force de visiter mes archives :-)))
sarah-k : Hello ! Suzanne
27/08/17.
Oui ! On a passé des bons moments.




Vous l'avez dit !

RESF numéro d'urgence

contact

Sur Place

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Le Spirit of Life Ensemble approche...
--> Comment un rêve est-il devenu réalité ?

Et c'est reparti !

En septembre 2001, j'étais fermement décidé à tourner le documentaire sur le Spirit of Life Ensemble, en avril/mai 2002. Mais ça n'était vraiment pas gagné, je n'avais pas le moindre argent en poche.

J'ai donc déposé sept dossiers à l'aide à l'écriture et à la production de documentaire au CNC (Centre National Cinématographique).
Après deux longs mois d'attente, j'appris que mon dossier avait été retenu pour une première sélection, puis qu'il fut éliminé.
Donc en décembre, je n'avais pas le moindre argent en poche. Mais bon, fallait s'y attendre, je n'avais pas le moindre soutien, ni d'un producteur, ni de l'un des membres du jury...
Ca n'était donc pas gagné...

Et puis j'ai bougé vers la région natale, car je conserve de nombreux lien avec Potiers : le Poitou-Charentes (d'où vient notre actuel premier ministre, M. Raffarin)...
Là-bas, j'ai déposé des dossiers au ''Défi jeunes'' (ouvert aux jeunes de 15-28 ans), à la Commission Régionale ''Appels aux jeunes Talents''.
Les négociations et les dépôts ont été longs. J'ai du, dans le cadre du ''Défi Jeunes'' trouver des partenaires financiers...Ce petit jeu a duré plus de 4 mois (!). Au total, j'ai envoyé plus de 50 dossiers présentant le documentary : Festival de jazz, Festivals de documentaires, des entreprises d'instruments de musique, des mécènes nationaux (Fondations, banques...).

La revue Jazz Hot, la Fnac de Poitiers, des banques...ont participé. C'est ça qui m'a permis de présenter le ''Défi jeunes''à la fin mars. Car il faut regrouper au moins 30 % de la somme que l'on sollicite pour postuler au ''Défi jeunes''. Et j'ai pu regrouper cette somme pour la commission de mars. Fallait que je me dépêche, puisqu'il n'y a que 2 commisions ''Défi jeunes'' chaque année. D'habitude c'est en avril et en novembre, mais pour raison d'élection, c'était mars...Donc fallait pas traîner.

J'ai réussi à avoir assez d'argent en cumulant le ''Défi Jeunes'' et la commission régionale, que j'ai soutenu le même jour, le 22 mars.

Voilà, maintenant, j'attends des nouvelles d'autres commissions, comme la SACEM...Mais bon, faut pas trop rêver et faut pas être trop ''gourmand'' non plus.


Je tiens à préciser que le genre documentaire, n'était pas ma spécialité. J'ai été juste assistant sur deux documentaires de Louisette Faréniaux (Les Sans Papiers de Lille). J'ai surtout de nombreuses expériences en tant qu'assistant réalisateur sur une bonne quinzaine de court-métrages (''Bom'', ''Le blues du lendemain'', ''Margot mise à nu''...), et un long métrage (''L'Hiver sera rude'' de Patrick Chaize, qui devrait sortir...mais quand ?).
Si je tiens à réaliser si obstinement ce documentaire, c'est parce que je suis passionné de jazz, et que je tiens à défendre tous les droits de tous les hommes. Et parce que ce sujet me poursuit depuis plus de deux années.

Maintenant, nous partons le 17 mai 2002 pour quatre semaines. Et c'est la fête !!!



Bon, revenons au documentaire.
Voici le résumé.

A Jersey City, à côté de New York, se tient une école de jazz The Library. Les professeurs qui y enseignent font tous partie de l’orchestre de jazz, le Spirit of Life Ensemble.
Le concert de fin d’année se profile. Daoud-David Williams (fondateur de l’école et du big band), Bob Ferrel (tromboniste) et Richard Clements (pianiste) font le choix des standards prochainement interprétés par les élèves.
Les répétitions se succèdent, les solos et les commentaires s’enchaînent de salles en salles. Les élèves et les professeurs se répondent à travers les répétitions des deux big bands.
Au milieu des couloirs, Richard Clements puis Daoud-David Williams nous expliquent le fonctionnement et les relations qui régissent le Spirit of Life Ensemble et The Library. Ils évoquent aussi leur passé politique, leur appartenance au Black Panthers Party…
Les répétitions des enfants reprennent et s’affinent. De son côté, le Spirit of Life Ensemble se produit dans le club new-yorkais, le Sweet Basil, comme tous les jeudis soirs.
Le grand jour arrive, le jour du concert de fin d’année. Au cours de la représentation, le standard interprété par le big band des enfants est enchaîné aux accords du Spirit of Life Ensemble. Le concert se termine, ils ont raison d’être fiers, il y a eu bien sûr quelques ‘‘canards’’, mais tous ont communié avec le jazz.



Mais qui c'est tous ces messieurs là ?
Dominique Truffandière et Jean Szlamowicz, tous deux jourmalistes à Jazz Hot, m'ont aidé à rédiger ces portraits.

Daoud-David Willliams.
Percussionniste, né en 1943 à Brooklyn, New York, et grandi à New Jersey City.
Ancien membre du Black Power (1960-1969), il quitte définitivement ce mouvement en 1971, et rejette actuellement toute implication politique.
Entre 1965 et 1969, il découvre la musique en organisant des concerts dans son université. Il débute les percussions en 1975 pour accompagner la compagnie de théâtre qu’il crée : « The Spirit House ». Il est un autodidacte en tant que percussionniste et joue avec des musiciens confirmés tels que Guilherme Franco (qui enseigne désormais à ‘’The Library’’.)
Il fonde le Spirit of Life Ensemble avec Cliff Walston et William Jones.


Richard Clements.
Pianiste, né en 1949 Cleveland.
De 1970 à 1980, il se partage entre ses études à l’Université de Musicologie de Cleveland et ses concerts avec Cecil Taylor, Max Roach et Archie Shepp. Il accompagne 1978-1980, Fiwi Kruoll.
En 1986, il rencontre le Spirit of Life. Il collabore à de nombreux concerts et donne des cours d’accompagnement de chanteurs.
De 1991 à 2000, Richard Clements vit à Paris où il accompagne Archie Shepp, tout en participant aux tournées du Spirit of Life.


Michael Cochrane.
Pianiste, compositeur et arrangeur, né en 1948 à Pittsburgh. Michael Cochrane a joué, enregistré avec Sonny Fortune, Eddie Gomez, Clark Terry, Chico Freeman,….
A côté de projets personnels –son quartet Lines-of-Reason-, il fait partie du Spirit of Life Ensemble, deux entités aux allures communautaires que semble priser Michael Cochrane. Il est aussi enseignant (New York University et la ‘’Library’’). Il a lui même suivi les enseignements de Jaki Byard, Don Sebeski, Eleanor Hancock. Aux Etats-Unis, il a reçu plusieurs distinctions pour son travail et a écrit plusieurs recueils d’arrangements ou de partitions pour piano solo. L’évidence de sa musique, dont les saveurs contemporaines sont nourries par une réelle culture jazz, est un bon exemple de renouvellement de la tradition qui ne sacrifie jamais la vitalité poétique et l’ énergie du genre.


Cleave Guyton.
Né le 20 mai 1961, à Harlem. Il est un brillant représentant de la maison Bird and Co, Cleave Guyton Jr. En a la fougue et le tranchant en même temps que la modestie des vrais artistes. Peu connu malgré une carrière bien remplie, il pose l’éternel dilemme de la reconnaissance artistique des jazzmen qui refusent de brader leur art. Il a bien voulu nous parler lors d’un passage à Paris du Spirit of Life Ensemble dont il est membre et parfois directeur musical depuis neuf ans.


Bob Ferrel.
Né le 12 août 1960, le tromboniste Bob Ferrel a déjà une carrière bien remplie, loin des projecteurs médiatiques, ce qui semble correspondre à un tempérament serein et modeste qui contraste avec une sonorité tonitruante et une expression extravertie. Sa virtuosité et sa musicalité lui apportent une grande liberté qui trouve naturellement à s’exprimer dans le jazz. La bonne humeur, à la scène comme dans ses cours, se double d’une énorme envie de communiquer sa passion du jeu. Après des grands débuts jazz au sein du Duke Ellington Orchestra de Mercer Ellington (1979-1982) et le superband de Charli Persip (1981-1983), il a effectué de grandes tournées avec Southside Johnny and the Jukes (1982-1987, Bruce Springsteen, Bon Jovi…). Il a aujourd’hui trouvé un équilibre au sein du jazz, entre l’enseignement, quelques boulots de pupitre (Grease, télévision…), son groupe et le Spirit of Life Ensemble, une famille musicale qui semble parfaitement correspondre à sa personnalité.


Ted Curson.
Il a fait parti de l’école de Charles Mingus.
Puis s’est dirigé vers la France où il compose, dirige et joue dans de très nombreuses formations.


Mamdouh Barhi.
Installé en France depuis presque 20 ans, Mamdouh Barhi a joué avec Horace Parlan, Riccardo Del Fra et Idris Muhammad (From Tunisia With Love), et surtout il joue depuis dix ans dans le Spirit of Life Ensemble, apportant des accents et des couleurs très personnelles qui se fondent dans le groupe. Leader du groupe Nefta (René Nan, Francis Balzamo, Hédiel Bakri, Rachid Sbai et Chango Ibarra), il tente de réaliser une synthèse entre la musique américaine et méditerranéenne en s’inspirant des traditions musicales orientales et occidentales (harmonies jazz, timbres).



Voili, voilo, j'aimerais, bien sûr, ajouter de la musique et des photos à tous ces portraits... si la technique me le permet.



à +++
Ecrit par petit-crabe, à 23:16 dans la rubrique "DOCU".

Commentaires :

  sarah-k
sarah-k
03-06-02
à 09:03

docu jazz dans le 19

Pardon petit crabe, j'ai publié ton article avec du retard,j'ai appris par Thiphaine tes mésaventures à New-york.Tu sais le docu,ça peut être aussi cette errance pendant 3 semaines.Penses à Wim Wenders, il a si bien filmé ça!



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom