Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Les Voisins de la Place

Bla bla bla bla
sarah-k : Oui ! Je veux bien chanter mais en aucun cas, je prends le RER.
castor : Ne pas prendre le RER est effectivement une sage décision.
sarah-k : Tu es à Paris ?
castor : Oui, oui
sarah-k : Ah ! Ben, on se voit alors.
castor : Le dernier bar avant la fin du monde, Samedi?
sarah-k : C'est encore la fin du monde. Non ! Samedi, mariage....
castor : Dimanche?
suzanne-r : Simplement un p'tit coucou :-)
sarah-k : Un p'tit coucou Suzanne.
suzanne-r : 14/07/07 - je re-visite mon joueb ... que c'était naïf... mais je ris encore en lisant tes commentaires :-)
suzanne-r : 14/07/17 :-))) à force de visiter mes archives :-)))
sarah-k : Hello ! Suzanne
27/08/17.
Oui ! On a passé des bons moments.




Vous l'avez dit !

RESF numéro d'urgence

contact

Sur Place

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Ecrivez des lettres

Ecrivez des lettres

Dénichée par Méta



ça donne envie d'écrire des lettres, non??


Cher Nicolas.
J'ai le regret de vous faire savoir que votre nom ne sera pas mis dans le chapeau et que vous ne participerez donc pas au prochain tirage 2007........................


Ecrit par sarah-k, à 19:28 dans la rubrique "HUMEUR".

Commentaires :

  ImpasseSud
ImpasseSud
13-11-05
à 15:22

Voilà une lettre incontestablement bien torchée...

.... mais donne-t-elle envie d'écrire ? Cette lettre porte-t-elle une date récente ? Sarah, les lettres et les bonnes manières sont-elles encore efficaces aujourd'hui ?... Ou bien, pour se faire comprendre et entrendre, faut-il se mettre au goût du jour et en arriver à des manières beaucoup moins distinguées ? ;-)

Méta, belle photo, sans aucun doute ! :-)


  sarah-k
sarah-k
14-11-05
à 10:38

Voilà une lettre incontestablement bien torchée...



La lettre ne doit pas être récente :-))
Elle me rappelle celle écrite par Chaval
Et celles écrites par Ernestine Chasseboeuf
Ce que je sais, c'est que quand tu te sers de tes talents épistolaires et que tu as l'outrecuidance de t'adresser à ton correspondant de ces manières, cela marche à tous les coups, tu as toujours une réponse rapide, c'est cela qui est drôle ..
je me souviendrai toujours d'avoir informé le Trésor Public que nous avions gagné ensemble le premier prix du scénario loufoque au festival de Cannes , j'ai eu un rendez assez rapidement et je suis enfin sortie de l'imbroglio dans lequel il m'avait mise.
Sans doute devrions-nous commencer à torcher quelques lettres à notre gouvernement.

  Bécassine
14-11-05
à 11:52

Re: Voilà une lettre incontestablement bien torchée...

Tiens je pensais à un truc à faire. Dans le métro et autres dés que quelqu'un est arrêté pour présenter ses papiers (pour le plus souvent un délit de faciès caractérisé) si les témoins de ces scènes, passants, voyageurs etc...
allaient spontanément présenter les leurs, ça serait réconfortant , non ?

  sarah-k
sarah-k
14-11-05
à 12:55

Voilà une lettre incontestablement bien torchée...



Oui, ça serait réconfortant!
Il faut aussi rejoindre de toute urgence la B.A.C (brigade activiste des clowns)

  sarah-k
sarah-k
14-11-05
à 13:00

Engagez-vous


Prochain entrainement  : le 4 décembre 
Vous voulez-vous aussi nettoyer au karcher

  Bécassine
14-11-05
à 14:53

Engagez-vous

Moi aussi, il y a longtemps, j'ai écrit à je ne sais plus à quel ministère, et j'ai reçu, dans un laps de temps raisonnable, une réponse tout à fait satisfaisante. D'où la nécessité de faire sortir tout le monde de l'école avec un vocabulaire de plus de 400 mots.

Suite à ton invitation à la ridiculisation, je me demande souvent si le ridicule tue autant qu'avant. En Italie, par exemple, il ne tue plus du tout et on assiste, au contraire, à une recrudescence de la stupidité. Dans l'espoir de se faire remarquer, comme le grand chef ?

ImpasseSud


  ImpasseSud
ImpasseSud
14-11-05
à 14:54

Re: Re: Engagez-vous

J'ai des problèmes de connexion :-)

  sarah-k
sarah-k
15-11-05
à 08:32

ce que parler veut dire

Je me souviens de ton article!
c'est un réel problème que la perte du pouvoir des mots mais en même temps s'est crée un méta-langage que tous les jeunes emploient avec ses codes et toute une palette de sentiments, c'est différent mais cela existe, avec Robin, je suis devenue une spécialiste des skyblogs (il y a à boire et à manger, je l'accorde) mais j'ai été stupéfaite de la capacité d'analyse, la capacité de questionner sous un langage qq fois difficile à décrypter.
Je ne sais pas si en Italie tu pourrais te procurer "L'Esquive" d'Abdellatif Kechiche, un joli film sur la banlieue et Marivaux, le thème est la langue.....

Plus que la ridiculisation, c'était une invitation à la dérision.
pendant quinze jours ont été diffusées des images de guérilla urbaine, voir cette bande de clowns pointer du bout de leur karcher, un Nicolas Sarkosy en faute avec la loi S.R.U (solidarité renouvellement urbain) moins de 3% de logement sociaux dans la belle banlieue de Neuilly.
Ce fut quelques images salvatrices :-)
Il faut absolument montrer que nous ne sommes pas en état de guerre .
Reste que le couvre-feu est instauré pour trois mois dans les zones dîtes dangereuses !!

  ImpasseSud
ImpasseSud
15-11-05
à 14:56

Re: ce que parler veut dire

Ici on ne passe et on ne loue que les films à grand tirage, d’autant plus s’ils proviennent d’outre-Atlantique. Il se peut que la France soit un peu mieux représentée au nord de l’Italie. Je n’ai donc aucune chance de voir le film que tu me proposes qui cependant me semble intéressant, surtout parce qu’il souligne qu’il est possible de susciter, au collège et qui plus est dans les banlieues difficiles, un certain intérêt autour des pièces de Marivaux.

En ce qui concerne le langage des adolescents, je suis parfaitement consciente d’avoir décroché depuis un certain temps. S’il m’arrive de tomber dessus, il est évident que j’ai du mal à comprendre, mais je n’insiste pas, et ceci pour deux raisons. D’une part j’ai compris que la pudeur et l’esprit de groupe jouent un grand rôle dans ce « camouflage », mais de l’autre j’essaie de conserver la certitude (ou l’illusion) qu’il ne s’agit que d’un langage passager et que ces jeunes ont autour d’eux des adultes qui les empêchent d’oublier que seul un français correct, et lui seul, peut leur permettre, non seulement de torcher une belle lettre, mais surtout de postuler pour un emploi ou d’avoir la moindre perspective dans la vie.

Malheureusement ce n’est pas le cas partout, et c’est justement là que le bât blesse. Nous vivons dans une société très ambiguë. D’un côté, elle promeut la mentalité ludique, tout doit être « festif », léger, débridé, facile, même les études, et encore plus dans les zones difficiles, espérant ainsi obtenir de plus grands résultats. Mais, en agissant de la sorte, elle se comporte comme si elle avait affaire à des retardés mentaux ou à des enfants de moins de six ans, car l’effort, cela existe, et faire des études, primaires ou secondaires, cela requiert des efforts. De l’autre, elle vous attend au portillon de la vie, avec la rédaction des CV, les lettres de motivations, les entretiens où on vous juge sur votre présentation et votre élocution avec la plus grande cruauté, la plus grande partialité, la plus grand racisme social qui soit, sans grandes considérations pour vos capacités réelles.
Dans le cas des cités, il ne s’agit plus seulement d’un désir de singularité passagère à travers un langage parallèle, mais bien d’un langage qui vous ferme toutes les portes et vous met en marge sans espoir d’en sortir.

On ne peut pas ignorer la société dans laquelle on vit, et c’est pourquoi je reste persuadée qu’encenser ces façons de s’exprimer, ces « cultures », les promouvoir, les défendre, est rendre un bien mauvais service à ceux qui y sont contraints. En général, ceux qui le font n’ont aucun problème avec la langue française, mais sont au contraire nantis d’une solide instruction. Pour eux, s’intéresser à ce langage est un choix, qu’ils peuvent cependant renier du jour au lendemain. Le promouvoir est un jeu, et même si cela part d’un sentiment honnête et de la meilleure des bonnes volontés, il n’en reste pas moins que ce comportement, bien loin de faire avancer l’égalité, même plurielle, ou d’apporter une plus grande liberté avec plus de choix, a au contraire une forte odeur d’« étude ethnologique » pleines de traces de paternalisme colonial (Venez voir, braves gens! ils ont même une culture!), où on finit par carrément oublier qu’on est en France face à des Français.

Des sentiments, tout le monde en éprouve, des raisonnements ou des analyses, tout le monde est plus ou moins capable d’en faire même s’ils ne sont pas tous judicieux ou bien construits. Tout le monde n’a certainement pas les talents nécessaires pour torcher une belle lettre, mais il est absolument inadmissible qu’une partie substantielle des jeunes Français soient dans l’incapacité, en ayant fréquenté l’école, de s’exprimer et d’écrire correctement en français. Et cela ne touche pas que les cités vu qu’on est encore obligé de faire des dictées en 5ème, laissant que bon nombre d'élèves truffent tout ce qu’ils écrivent avec des néologismes et des fot d’ortografe….

Sarah, pardon pour cette longue tirade trop sérieuse pour quelqu'un qui voulait voir ses lecteurs verser dans la dérision. :-)

  sarah-k
sarah-k
16-11-05
à 12:24

ce que parler veut dire

Je reste d'accord avec l'idée que les mots, la langue sont un pouvoir !
Il ne faut quand même pas exagérer la situation, je viens de relire attentivement l'article du monde, j'avais zappé qu'une partie de l'article laissait la parole à Alain Bentolila (vieux réac de la Sorbonne)
Quand je m'occupais d'ateliers d'alphabétisation pour adultes, j'ai lu pas mal d'articles de Bentolila, c'est pas la simplicité qui l'étouffe.
De grâce, ne laissons pas Bentolila comme seule référence.

Dans un interview de l'express

Comment expliquer que, dans notre société si bavarde, qui ne cesse de communiquer, il y ait encore tant de handicapés du langage qui, de surcroît, ont passé douze années de leur vie sur les bancs de l'école?
"L'une des raisons est l'augmentation considérable de la population scolaire. Il y a trente ans, l'école affichait cyniquement sa vocation à reproduire les inégalités sociales: l'examen de sixième éjectait du cursus scolaire deux tiers des enfants, en majorité issus des classes populaires, qui passaient alors leur certificat d'études primaires (avec d'ailleurs une orthographe très supérieure à celle des enfants du même âge aujourd'hui). Or on est passé de ce tri affiché à l'objectif de 80% d'élèves au bac, imposant à une population scolaire qui autrefois aurait suivi la filière courte du certificat d'études de rester au collège et au lycée jusqu'à 16 ans."

Ben tiens! les plus aisés à l'école, les autres à l'usine ( et il n'y a même plus d'usines)


"N’était-ce pas oublier que ce langage, généralement débité à toute vitesse et sans beaucoup articuler, se heurte aussi à une autre réalité : celle du monde extérieur et de la vie de tous les jours ? Pas simple de chercher du travail, d’ouvrir un compte en banque ou de s’inscrire à la Sécurité sociale quand on ne possède que "350 à 400 mots, alors que nous en utilisons, nous, 2 500", estime ainsi le linguiste Alain Bentolila, pour qui cette langue est d’une "pauvreté" absolue."

Il prend les Jeunes pour des tebés ma parole! Je préfère qu'un Daniel Pennac prof de français parle des jeunes plutôt qu'un Alain Bentolila.
Tu as très bien compris, Impasse que ce Méta-langage sert de camouflage, il n'est pas pauvre du tout et il est partagé par tous les jeunes des collèges, ce n'est pas qu'un phénomène de banlieue.
Les jeunes n'emploient pas ce langage en dehors de leur sphère, ils savent très bien que l'on ne parle pas comme ça à l'A.N.P.E ou chez le banquier ou au collège.....
Reste les difficultés pour écrire et parler un langage châtié, ça c'est autre chose..
Il y a une faillite de l'orthographe, cela est vrai mais ceci est constaté depuis longtemps et cela dans tous les milieux, pourquoi??
(c'est pas pour dénoncer mes collègues blogueurs mais c'est pas toujours ça, l'orthographe et la grammaire, la belle concordance des temps, et le beau vocabulaire du temps d'Alain-Fournier) :-)))))))
Dans les ZEP (komondi) les élèves accumulent tous les maux, difficultés sociales,environnement culturel insuffisant, profs en début de carrière, programme unique.....
Savary en 1981 créait les ZEP avec la volonté de ''donner plus à ceux qui ont moins" 24 ans plus tard le constat est sans appel, l'état n'a jamais doté les ZEP, les ZEP offrent des conditions à peine meilleures que dans d'autres établissements, pire les efforts se sont concentrés sur les établissements plus privilégiés attirant des enseignants en milieu ou fin de carrières mieux payés.
les chiffres de l'INSEE sont aussi sans appel, le taux d'élèves issus de familles "défavorisés est 65,44% en ZEP, dans 10% des établissements classés ZEP ce taux d'enfants défavorisés dépasse 80%.
Voilà ce que l'on a fait dans les banlieues et les quartiers populaires des grandes villes, des écoles ghettoïsées.
C'est un échec social !!
Je ne pense pas que le ludique ait lieu de cité à l'école, au collège unique les programmes sont les mêmes pour tous, les objectifs sont les mêmes pour tous, dans ces conditions, tu marches ou tu crèves.

  Bécassine
14-11-05
à 16:21

les clowns m'ont toujours fait peur !

Toutes façons je n'y crois pas aux clowns, ni aux fées d'ailleurs.

  sarah-k
sarah-k
15-11-05
à 08:39

les clowns m'ont toujours fait peur !

Moi, non plus, je ne crois pas plus aux clowns qu'aux fées !
j'ai trop lu Stephen King dans mon adolescence (ça), ils me font peur également :-)
Mais néanmoins, ces clowns là ont mis une certaine distanciation aux discours fachos de nos gouvernants. En angleterre aussi les clowns sévissent (rebel.clown army)

  Bécassine
14-11-05
à 20:55

bien torchée...

OH ! j'avions point visionné la photo :)))) faut'y êtes bête dés fois ! bête à manger du foin...

J'avais bien lu la syntaxe d'Impasse faisant mention d'une tof*
je me suis dit , Impasse a dû lire un vieux truc par là. J'aurai dû me méfier, quand Sarah met "méta" en
surbrillance c'est qu'il y a un truc :)))

Donc, merci Impasse, le cheval est pas mal, en effet.

Sarah qui est très forte pour les prises de vues, durant son séjour dans la Presqu'Île, a réussi à me fixer sur ses pixels, trois fois au téléphone ! (même une fois par miroir interposés...) moi qui ne reçois jamais de nouvelles de personne, ni de cartes postales d'ailleurs, trop forte elle est !


*j'ai enrichi mon vocabe, comme tu peux le constater, ça me fait 400 et 1 nouveau mot !

méta ;)

  sarah-k
sarah-k
15-11-05
à 08:57

ta fé 1 fot


Comment ça, personne ne t'appelle :-)))))

Zut, j'ai rétréci la sen (1 fot quoi! ), on ne voit plus le télephone .....



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom