Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Les Voisins de la Place

Bla bla bla bla
sarah-k : Oui ! Je veux bien chanter mais en aucun cas, je prends le RER.
castor : Ne pas prendre le RER est effectivement une sage décision.
sarah-k : Tu es à Paris ?
castor : Oui, oui
sarah-k : Ah ! Ben, on se voit alors.
castor : Le dernier bar avant la fin du monde, Samedi?
sarah-k : C'est encore la fin du monde. Non ! Samedi, mariage....
castor : Dimanche?
suzanne-r : Simplement un p'tit coucou :-)
sarah-k : Un p'tit coucou Suzanne.
suzanne-r : 14/07/07 - je re-visite mon joueb ... que c'était naïf... mais je ris encore en lisant tes commentaires :-)
suzanne-r : 14/07/17 :-))) à force de visiter mes archives :-)))
sarah-k : Hello ! Suzanne
27/08/17.
Oui ! On a passé des bons moments.




Vous l'avez dit !

RESF numéro d'urgence

contact

Sur Place

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Passe ton bac d'abord !
Passe ton bac d'abord !



                            
                                                  Bachelière et futur Bachelier ayant bien voulu poser pour Place-des-fêtes
                                        -
© 2007 Sarah-k - Tous droits réservés.

*Lu sur Libé du vendredi 8 juin dans la rubrique "Vous"

Que ceux qui crient au bac bradé sur l'air de «C'est insensé ce que le niveau baisse» rabattent un peu leur caquet.
Franchement pas le moment de faire son malin alors que 640 000 dadais suent en ce moment sang et eau avant de s'aligner lundi sur la ligne de départ de cet examen né d'un décret napoléonien (Napoléon Ier, né en 1769 et décédé en 1821, pour ceux qui auraient paumé leur manuel d'histoire). Et ce n'est pas parce quelque 80 % des candidats devraient décrocher leur diplôme (du latin bacca laurea , baie du laurier dont on couronnait le vainqueur) que la chose est aussi aisée qu'il y paraît.
La preuve par l'édifiante expérience tentée par un certain François Dufour, ci-devant rédacteur en chef d'un quotidien d'actualité ( l'Actu ) dont les lecteurs ont l'âge de passer le bac et l'un des fondateurs de la maison d'édition Play Bac (un nom prémonitoire !) à l'origine notamment des Incollables (les petites fiches dont raffolent les enfants).
 
Rattrapage. Déjà titulaire d'un bac ES (ex-B), décroché en 1979 avec mention bien, il a décidé, vingt-sept ans plus tard, de retenter l'examen sans réviser (pas le temps).
Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas été déçu. Si au final, et à l'oral de rattrapage, François Dufour l'a obtenu de façon très ric-rac, il avoue en avoir sacrément bavé : «Ce que l'on demande aux candidats est lourd, dingue. C'est vraiment du bachotage... Je suis certain que Jean-Louis Borloo ne connaît pas 10 % de ce qu'il y a dans le manuel d'économie, et ça doit être exactement la même chose pour Darcos avec le programme de philo ! »

La plus grosse surprise du candidat Dufour ? «Je n'ai pas tout de suite compris à quel point c'était théorique. Beaucoup de documents sont distribués,notamment lors des épreuves de français, d'économie et d'histoire-géo. Mais en fait, ces documents ne sont là que pour aider un peu. Il faut avant tout recracher les cours, citer des auteurs.»
Dans le détail, Dufour, qui jure s'être bien appliqué à aspirer les «h» et se dit parfaitement bilingue, n'a toujours pas digéré son 14 en anglais, pas plus d'ailleurs que son 7 en économie ! Même s'il paraît que Keynes himself eut de très mauvaises notes en économie avant d'entrer à Cambridge...

Sous-doué . «Mais franchement, la philo, restera pour moi la folie puissance 10. J'ai eu : "Faut-il préférer le bonheur à la vérité ?"» C'est dur comme sujet à 17 ans, non ? Je ne suis pas Heidegger et je n'ai pas mentionné Epicure. Mais j'ai argumenté. J'ai eu une très mauvaise note. Alors que je n'ai pas fait de fautes ­ je crois que c'est rare.»
Mi-agacifié, mi-amusé, Dufour s'est du coup fendu d'un bouquin opportunément lancé dans la course aux révisions en mars 2007 : Comment ne pas rater son bac (1).

Un sous-doué, ce Dufour ? «Le bac n'est pas un cadeau, confirme Christian Godin, maître de conférences de philosophie à l'université de Clermont-Ferrand. Et il y a gros à parier que parmi les membres d'un jury de bac, chacun n'aurait son examen que dans sa discipline.»
Bref, que ceux qui osent encore, à ce stade de leur lecture, se pousser du col, jurent que l'an prochain, eux aussi ils s'y (re) collent. Les autres, eux, continueront à cauchemarder à l'idée de se retrouver en pyjama dans une salle de bachot devant une copie blanche.

*Par Catherine Mallaval

Bon! Alors et vous......vous l'auriez encore le Baccalauréat 2007 ??








Ecrit par sarah-k, à 15:32 dans la rubrique "BETAPHILO".

Commentaires :

  sarah-k
sarah-k
10-06-07
à 10:46

Stratégie

Je pense que je décrocherais de nouveau mon Bac.

Voilà la stratégie que j'emploierais : je choisirais un bac lettres option cinéma. audio-visuel
Cinéma (1 court métrage + une analyse de film + écriture de scénario) coeff 8....là je thésaurise le maximum de point.
Français optionnel : je table entre 14 et 16 (coeff 6)
Philo : Je révise les auteurs et les concepts et je table sur un 12. (j'ai eu 12 au BAC) (coeff 8)
Maths : là, je n'ai pas la moyenne (je pense que c'est un coeff 2) mais je révise les fonctions les plus simples, les identités remarquables, les vecteurs, les systèmes d'équation les plus simples.
Histoire-géo : pas de révisions, je table sur un 16 (coeff 6 ??)
Anglais : pas la moyenne , je table sur un 7 (coeff??)
Espagnol : pas la moyenne, je table sur un 7 (coeff??)
Education physique : je me fais dispenser (pour cause: a l'âge de ses artères)

On mélange le tout, on applique les coeffs et cela nous re-donne le Bac avec ou sans mention.
Ah, je me sens tout de suite mieux!


  ImpasseSud
ImpasseSud
11-06-07
à 09:20

Re: Stratégie

Ta photo ..... je n'arrive pas à m'en lasser :-) Même si elle ressemble un peu aux photos de famille que les gens faisaient pour les mettre sur leurs cartes de vœux du Nouve-An, mes compliments aux deux acteurs ! :-)))

1) Le Monde a publié un article plus ou moins semblable mais sans doute plus objectif, qu'un certain abonné, Oliver P., a ensuite commenté de la façon suivante :
>"Pas forcément très surprenant... Prenons un physicien qui a vécu à l'étranger : Avec 20 en maths et en physique, une bonne note en anglais, disons 16, on a déja 348 points. On rajoute un 16/20 en TPE et ça nous fait les 380 points nécessaires pour obtenir le bac, en comptant zéro en SVT/français/philo/LV2/Histoire-géo/EPS Je pense qu'un chercheur en biologie plutôt cultivé pourrait espérer les félicitations du jury, sans réviser une seule seconde..."

...et j’ajouterais… et même sans bien savoir le français. En gros, cela rejoint parfaitement ta démonstration. Mais vu qu'aujourd'hui le bac n'ouvre pratiquement plus aucune porte sur la vie active, je ne comprends absolument pas le rôle de cette éducation à la fourberie, au détriment d'une bonne culture générale de base et, compte tenu des nécessités actuelles, d'une sérieuse connaissance d'une ou deux langues étrangères.

2) Le sujet de philo : ""Faut-il préférer le bonheur à la vérité ?" sent franchement la provocation. Aujourd'hui, je commencerais mon devoir ainsi :
"Compte tenu qu'ici on s'adresse presque exclusivement à des adolescents, proposer un sujet pareil pour une épreuve du bac sent franchement la provocation, provocation indigne d'une institution publique telle que l'Education nationale. Formulé ainsi, il sous-entend d'emblée deux assertions profondément anti-éducatives et moralement corruptrices : la première, c'est que bonheur et vérité sont incompatibles, et, la seconde, que la vérité est source de malchance, problèmes, difficultés. nuisances, etc... N'est-ce pas inciter purement et simplement à la démagogie ? Sans qu'on s'éloigne du sujet, je pense que "Bonheur et vérité sont-ils compatibles" aurait sans doute été beaucoup plus honnête ?...."
Cela me vaudrait-il un recalage ? :-
)))) De toute façon, en ce qui me concerne, il n'y a aucun risque que je recommence. Non pas vraiment par peur d’échouer car je serais plus ou moins capable de décrocher les mêmes notes que toi, - sauf en math parce que mes révisions avec mes enfants datent de plus vieux, mais avec de meilleures notes en langues étrangères -, mais parce que c’est encore (!) mon cauchemar récurrent. :-)))


  sarah-k
sarah-k
11-06-07
à 16:29

Stratégie

J'ai trouvé l'article de Libé plus rigolo et tu sais bien que pour moi, le rigolo a une grande importance:-)))!
Tu as du flair, car à l'origine, la photo est une carte de voeux (2007) elle avait deux destinations, une professionnelle et une familiale à destination de ma mère de la part des deux acteurs .
Je l'ai détournée mais elle représente bien une Bachelière et un futur Bachelier.

Faut-il préférer le bonheur à la vérité ??
Bouh! Je ne commencerai pas mon devoir comme toi, je suis trop trouillarde et comme tu le sais dans mes prévisions , je table sur 12.
Je démontre toutefois que les deux notions ne sont pas opposables, je fais les trois parties réglementaires en citant plein d'auteurs (jeunes, vieux et très vieux) et je dis en passant que Kant est une bien vilaine âme quand il dit que "le bonheur seraient la satisfaction de toutes nos inclinations"

Cela doit être très mode de re-passer le Bac, car ce matin cinq de nos écrivains ont re-passé l'épreuve de Philo (dont Jean d'Ormesson)
Il est sorti en rigolant en déclarant qu'il était hors sujet....

Le Bac est encore pour moi le diplôme qui m'a le plus fichu la trouille, il m'arrive encore de rêver que je ne trouve pas la salle d'anglais pour les épreuves.



  ImpasseSud
ImpasseSud
12-06-07
à 13:18

Re: Stratégie

Passer le bac était donc bien traumatisant puisque nous en rêvons encore! :-))) En est-il de même aujourd'hui ? Je pense que oui, et que cela n'a rien à voir avec la qualité de l'examen.
Si j'avais 17 ou 18 ans, bien entendu, je ne commencerais certainement pas mon devoir comme je l'ai écrit plus haut. :-))) A l'oral du mien (à l'époque il comprenait encore l'écrit + l'oral et il fallait être admis à l'écrit pour pouvoir se présenter à l'oral), je me souviens d'avoir terriblement bafouillé sur un sujet piège aussi classique que "est-ce que la liberté existe ?" où le prof insistait lourdement pour que je me déclare pour le oui ou le non. Déjà consciente de la relativité du concept, mon seul problème était, comme cela l'est bien souvent, de lui donner "la réponse" qui me ferait avoir la meilleure note. C'est la raison pour laquelle je trouve que, pour les examens, toutes les questions-pièges ou provocatrices sont malhonnêtes.

Rigolo, l'article de Libé ? Ce n'est pas l'impression que j'ai eue en le lisant. Il est vrai que j'ai moins le sens de l'humour que toi :-))). A mon avis, il tourne beaucoup autour du pot en se gardant bien d'aborder le fond du problème, le but de la journaliste n'étant autre que de prendre fait et cause pour les pauvres petits jeunes qui planchent ces jours-ci ou ont planché ces dernières années, parfaitement en ligne avec la caractéristique de Libé qui défend toujours les alignements vers le bas. Qu'un ou plusieurs adultes se soient amusés à re-passer leur bac sans réviser, qu'il aient ou non rencontré des difficultés ne prouve pas grand chose en matière de niveau. C'est amusant, c'est tout. Par contre, cela démontre quand même qu'au fil des réformes on a complètement dénaturé cet examen, en en faisant un titre "à la carte" qui n'est plus la garantie d'une culture générale comme il l'était auparavant, et que ces réformes ne sont pas aussi démocratiques qu'on voudrait nous le faire croire.

La fille d'une de mes amies, qui fait de la recherche fondamentale au CNRS, a obtenu son bac en 1992 (statistiques avec option latin ?, en tout cas pas un bac matheux ) n'a été libérée de ses profondes lacunes en français écrit que grâce aux logiciels de correction (inexistants avant). Elle a donc obtenu son bac sans bien connaître sa propre langue. Par contre, étant naturellement très douée et sachant étudier avec intelligence, après des études en psychologie, elle n'a rencontré aucune grosse difficulté pour arriver où elle en est, mis à part avec l'anglais (au début) pour publier ses travaux. 
Cela met en évidence les failles suivantes :
- qu'il est inadmissible que la France n'éprouve aucune honte à distribuer un diplôme qui ne garantit même pas qu'on sache sa propre langue. Tous les étudiants en français que j'ai connus ici en étaient scandalisés. Les pays francophones, eux, y attachent tous beaucoup plus d'importance.
- qu'il est complètement inutile et illusoire de jouer à l'orientation professionelle avant l'heure, vu qu'à 15 ans un adolescent ne sait pas souvent ce qui lui plaît, et que, comme je le disais dans mon commentaire précédent, les entreprises, écoles et facultés ne reconnaissent que rarement (sauf dans certains cas bien particuliers) la valeur des connaissances "optionnelles" acquises au cours de l'enseignement long, et requièrent une formation ou des études spécifiques supplémentaires.
- que si le fait de sortir de l'école sans savoir sa propre langue n'est pas forcément un handicap pour les plus doués, ça l'est sans aucun doute pour ceux qui le sont moins ou grandissent dans des milieux défavorsiés. (Rappelle-toi "L'Esquive", avec une classe de 4ème qui ne sait pas à quoi sert une virgule!)
- que le fait de ne pas enseigner correctement au moins deux langues étrangères dont l'anglais est aujourd'hui plus antédiluvien que de ne pas savoir utiliser un ordinateur.

Bref, si le bac a conservé son nom, il a perdu presque toutes ses caractéristiques et une bonne partie de son contenu. Donc, il est inutile de jouer à le re-passer. Un autre jeu de rôle ?!!!
Ici, c'est comme pour le problème de l'immigration, on refuse de reconsidérer "honnêtement" la question, qui n'est certainement pas de savoir s'il est plus ou moins difficile qu'avant. Dès qu'on a commencé à se poser des questions sur sa valeur, ce qu'il fallait faire, immédiatement, c'était de redécouvrir le rôle et les devoirs de l'Education nationale, démasquer les dérives, de plus en plus inutiles vu qu'un bac ne porte à rien, pas même à t'assurer l'entrée dans une fac ou une école.  Et vu qu'aujourd'hui, une partie non négligeable des élèves l'obtient sans avoir les notions générales élémentaires de base, à mon avis, c'est donc l'école primaire qu'il faudrait immédiatement revoir, en récupérant toutes les heures qu'on y perd désormais en divertissements de toutes sortes (une garderie ?). Mais là, attention aux hurlements des parents d'élèves !!!!


  castor
castor
12-06-07
à 18:59

Stratégie II

Pour moi, ce serait un bac scientifique option maths. A moins qu'ils n'aient changé le programme ou qu'ils demandent une présentation des résultats toute particulière, je pourrais cartonner sur les maths; en physique, je devrais pouvoir limiter les dégâts et ne pas tomber en dessous de quinze; en bio, je ne sais pas trop ce que cela donnerait; mon niveau en anglais est bien meilleur qu'à l'époque du bac; et pour le reste, je devrais glaner suffisamment pour être reçu; après tout, c'est comme cela que j'avais fait à l'époque. En plus il paraît que les matières scientifiques ont des coefficients plus élevés à l'heure actuelle.

  sarah-k
sarah-k
15-06-07
à 16:35

Stratégie II

Même, s'ils ont changé le programme, je suis bien persuadée que tu ferais un carton :-))!

  sarah-k
sarah-k
15-06-07
à 16:56

Le bac est une clef

Ce qui m'a vraiment fait rire dans cet article et c'est d'ailleurs pour cela que j'ai fait un "post", c'est que Monsieur Dufour a re-passé son Bac et il n'a pas oublié au passage d'éditer un ouvrage "comment ne pas rater son Bac"
A cette période où tous les élèves sont à leur stress maximum, inutile de dire que Monsieur Dufour a dû faire
un tabac avec son ouvrage.
De plus, il a été vexé comme un pou de ses notes et ça franchement moi, ça me fait rigoler :-))!
Mardi 12 juin, trois philosophes ont rendu leurs copies sur Libé (hum, indigeste).
Contrairement à toi Impasse, je suis persuadée que le niveau monte,.
Effectivement le niveau de français est plus médiocre qu'à notre époque, nous étions entraînés aux dictées, aux exercices de grammaire, aux rédacs et celà du CP à la 3 ème.
A mon époque, nous n'étions que 17 % d'une classe d'âge à entrer à l'université.
Orthographe ou pas, bonne maîtrise de la langue ou pas, je préfère une société où les jeunes font de plus longues études.
Dans les années 70, on en a laissé beaucoup de jeunes sur le carreau, beaucoup d'entre eux partaient faire, je ne sais quoi après la 3 ème.
On ne s'en est peut être pas rendu compte sur le moment mais notre éducation était une éducation élitiste.

Est-ce normal encore maintenant d'avoir sur moi, un Bescherelle, un Bled, un dico et de faire des imparfait du subjonctif en réunion :-)))))

  ImpasseSud
ImpasseSud
16-06-07
à 16:01

Re: Le bac est une clef

> Est-ce normal encore maintenant d'avoir sur moi, un Bescherelle, un Bled, un dico et de faire des imparfait du subjonctif en réunion :-)))))
Non, ce n'est pas normal, mais moi aussi, je tiens tout à portée de main :-)))). S'il en est ainsi, c'est la faute de nos académiciens. Et puis, avouons-le, nous les amants de langue écrite... les règles pleines d'exceptions, y a-t-il quelque chose de plus séduisant ? :-)))))

Une clef, le bac ?
En Italie, et bien que l'italien soit beaucoup plus facile à écrire que le français, on lance exactement les mêmes accusations à la "maturité" d'aujourd'hui ; elle serait soi disant plus facile. Et, en effet, elle l'est, non pas parce que les programmes sont plus légers qu'hier ou plus vides de contenu (plus vides de points de repères, cela sans aucun doute), mais parce que les parents (ici je me réfère également à la France) ont peu à peu pris l'habitude de mettre les profs en accusation, et qu'aux profs, l'Education nationale ne demande plus d'enseigner leur matière le mieux possible, mais d'éviter les histoires et de présenter, pour chaque classe, un échantillonnage de notes acceptables. C'est ainsi que la moyenne de 20 est passée à 12 et qu'un 18 d'ajourd'hui vaut un 14 d'hier, diminuant ainsi la stimulation à l'étude.
A ce sujet justement, il y a deux jours de cela, j'ai eu l'occasion d'assiter à un débat très intéressant, où, à mon grand plaisir :-), certains enseignants ont remis la question à sa vraie place. Car, quand on est gouvernement ou ministre, la question n'est pas de savoir si le bac est plus ou moins difficile qu'avant, la question n'est pas de savoir si on le donne plus facilement, la question est avant tout de savoir à quoi il doit servir. 

Ce que tu considères comme une clef, quelle porte ouvre-t-il aujourd'hui ? Là, il n'y a qu'une seule réponse : pratiquement aucune, si ce n'est que sans ce bout de papier... !! Vu  qu'il n'ouvre plus beaucoup de portes, et pas même celles des études supérieures, car c'est désormais à ce niveau-là, et non plus à celui de la 3ème, que se trouvent des tas de barrières-sélections arbitraires et abusives (je pense à ma petite voisine du dessous qui voulait faire médecine depuis toute petite et traîne des études de droit.) Et malgré un bac toujours plus "à la carte", n'est-on pas plein de bacheliers-chômeurs, bacheliers-RMIstes, bacheliers-fainéants parce que démotivés, bacheliers-enragés parce que frustrés, bacheliers-j'menfoutistes, etc...parce qu'en plus, on a le culot de leur demander encore au moins deux ans d'études supérieures pour qu'ensuite, ils puissent avoir accès à un emploi de sous-fifre qu'autrefois on obtenait avec le BEPC, comme dans les banques par exemple ? Si on n'est pas un bachelier-pistoné ou un bachelier-très-doué, le bac ne t'ouvre aucune des bonnes portes qu'on a étalées sous tes yeux émerveillés dans le cadre de l'orientation professionnelle à la fin du collège. En attendant, tous les services publiques sont démunis en personnels fonctionnels essentiels, et soi disant pour faire monter le niveau d'instruction, on a laissé que disparaissent ou se raréfient un tas de métiers véritablement utiles, on a augmenté le nombre d'années à la charge des familles, on a retardé l'entrée dans la vie active de beaucoup de jeunes, qui, bien qu'un bac en main, n'ont même pas une culture de base décente.

Ce n'est pas parce qu'à un certain moment on a inséré l'orientation professionnelle au sein des collèges et lycées (et là ça vaudrait une nouvelle discussion :-))))), sur la façon dont on l'a utilisée) qu'on est obligé de continuer dans la démagogie. Durant les années 70 et 80, comme tu le dis, on entrait beaucoup moins à l'université qu'aujourd'hui, mais, avec les bourses et les aides en tous genres, elle était tout aussi accessible qu'elle ne l'est aujourd'hui, si ce n'est plus si on prend le choix en considération. Il y avait moins de bacheliers ? Bien sûr parce que dans la majorité des cas, il n'était pas nécessaire d'arriver jusque-là. Est-ce réactionnaire que de penser que tout le monde n'a pas forcément le besoin ou l'envie d'entrer à l'université ? Que tout le monde n'a pas forcément les capacités ou l'âme d'un chef, et ni même le désir de le devenir ou de créer une entreprise ... Parce que, pousser les jeunes à faire des études supérieures sans qu'ils puissent jamais obtenir un poste intéressant ou important, c'est créer des générations de mécontents ou d'esclaves au service du néolibéralisme. 

Le rôle de l'école, - ont conclu les profs du débat (et je suis profondément d'accord avec eux) -, ce n'est pas de préparer à la vie active, mais de fournir à tous la meilleure instruction de base à large spectre qui tende à mettre tout le monde sur un pied d'égalité.

Partie pour écrire deux mots, j'ai encore débordé :-)))) C'est sans doute que j'étais à court de temps... Si tu baisses ma note, je ne t'enverrai pas mes parents :-)))) Est-ce Flaubert qui a écrit quelque chose à propos du temps que requiert la composition d'un texte court ? :-)))) Leonardo Sciascia, lui, parle d'un auteur français du XVIIe... Mme de la Fayette ?.... Il faut j'aille réviser :-)))))


  sarah-k
sarah-k
17-06-07
à 18:55

Le bac est une clef

" mais parce que les parents (ici je me réfère également à la France) ont peu à peu pris l'habitude de mettre les profs en accusation, et qu'aux profs, l'Education nationale ne demande plus d'enseigner leur matière le mieux possible, mais d'éviter les histoires et de présenter, pour chaque classe, un échantillonnage de notes acceptables."

Je suis parent d'élèves (FCPE) depuis fort longtemps et je n'ai vraiment pas eu l'impression, d'avoir eu un quelconque pouvoir (si, un jour, j'ai changé une date de kermesse)
Franchement, j'ai toujours eu l'impression de rester à la porte des collèges et Lycées et pourtant quand je peux entrer par la porte (voir par la fenêtre) je le fais.
L'éducation nationale est une véritable forteresse où nous n'avons vraiment jamais eu la parole.
J'ai milité pendant de nombreuses années contre la lourdeur des cartables (10 kilos pour un élève de 6 ème), nous n'avons jamais été écoutés.
Je n'ai jamais compris cette cabale contre les parents d'élèves, il n'ont aucun pouvoir contrairement aux profs qui ont des syndicats très forts.

Bon maintenant que Robin suit une autre voie avec les Compagnons du devoir et que je suis re-devenue libre de mes paroles,je peux dire ceci : je n'aime pas les profs, je n'ai jamais eu aucun amis(es) profs et je les fuis comme la peste.....que ce soit pendant la scolarité de Aude ou de Robin, aucun ne m'a fait rire ou sourire, aucun ne m'a epoustouflée par ses connaissances ou son intelligence.
Je les ai trouvés durs, formatés, défaitistes, indifférents, immatures......dans leur petit monde, tu marches ou tu crèves.
Je ne parle pas des profs d'université, je crois que je me souviendrai toute ma vie de mes profs d'université mais évidemment quand c'est Fernand Braudel, Jean-Pierre Vidal-Naquet, Michèle Perrot, Arlette Farge, John Day, Georges Duby, on ne parle évidemment pas de la même chose.
S'il y a des profs qui passent par ici, qu'ils se disent qu'il y a parfois des exceptions et que c'est peut-être eux .

Le Bac, sert-il à quelque chose, je n'en sais rien, je suis de la vieille école et il était une clef pour entrer à l'université.
Il l'est toujours, mais je te l'accorde, il faut avoir de solides épaules pour réussir ses études universitaires. (tiens, il me semble qu'en France nous avons une filière médecine pour les candidats ayant un Bac littéraire).
A ma connaissance, aucun élève en difficulté ne passe aujourd'hui en seconde générale.
Le Bac en France s'est largement diversifié avec les Bacs technologiques et les Bacs pro et ce n'est plus une majorité d'élèves qui préparent le Bac général comme nous l'avions connu.
La filière des BTS et des IUT fonctionnent très bien, ce qui ne fonctionne pas, c'est le débouché des Bacs généraux vers les universités, beaucoup d'étudiants ne passent pas la barrière du DEUG.
Il y a certainement à repenser de meilleures filières d'orientation après la 1 ère et la première année d'université.

Je suis tout à fait d'accord, le rôle de l'école est de donner une bonne instruction à tous.

Je viens de m'apercevoir que je connais une Prof que j'apprécie mais elle est Belge :-))))

  ImpasseSud
ImpasseSud
18-06-07
à 09:00

Le bac n'est plus ce qu'il était

J'ai exactement eu les mêmes problèmes que toi avec les profs de mes enfants, bornés pour la plupart et, quand ils ne l'étaient pas, on les sentait cependant confinés dans un système étouffant qui ne leur permettait pas d'exercer leur profession au mieux à cause des pressions de toutes sortes qu'il subissaient. Durant toute leurs scolarités, je ne suis allée aux réunions de parents d'élèves que pour faire acte de présence, pour «leur» donner l'impression qu'ils étaient suivis. Pouvais-je leur dire que je n'étais pas contente de « leur méthode » d'enseignement ?

Bon, il se peut que ce ne soit spécifique qu'à l'Italie, et il serait trop compliqué et trop long de t'expliquer l'Education nationale italienne. Le fait est, cependant, que mes enfants ont obtenu leur bac avec un niveau de culture générale inférieur au mien à l'époque de mon bac français et bien inférieur à celui de leur père à l'époque de sa «maturité» italienne. Et en France, il semble que ce soit pareil, et qu'on lave le cerveau des profs selon les besoins du moment. Et vu que le niveau de culture générale est inférieur, il est pour le moins étrange que le pourcentage de réussites soit nettement supérieur. 

Moi non plus, je n'ai aucun prof pour ami, et à propos des trois exemplaires que j'ai dans ma famille, je rejoins sans peine ton opinion. Par contre, moi, je n'ai pas de mauvais souvenirs de mes profs de lycée (et pourtant j'étais moyenne et je me suis payée un certain nombre de colles) qui se limitaient à enseigner (plus ou moins bien, c'est évident) leur programme et à prétendre des résultats, sans se mêler de ce qui ne les regardait pas. Ce qui ne signifiait pas forcément marche ou crève, en tout cas, moi je n'en ai jamais eu l'impression et mes parents non plus. Cette impression est sans doute née ces dernières années, après que le nouveau mode d'éducation et les psys aient dévalorisé la notion de l'effort et du juste prix, car étudier n'a jamais été facile. C'est ce type de prof-là que je défends, le type de ceux qui étaient présents au débat dont j'ai parlé plus haut, le type de profs que j'ai essayé d'imiter ici dans mes classes de français. C'est peut-être rétro, mais c'est exactement ce que je revendique aujourd'hui. Quant aux profs universitaires.... ça devait et doit encore dépendre des facultés et des matières. Vu que les études de sage-femme se font en fac de médecine, je peux te dire que ce que j'appelle la « baronnerie » y allait bon train et pas toujours pour le plus grand bien de la science ou des patients. Et ici, en Italie, en matière de profs universitaires, et bien.... C'est un autre chapitre.

Pour en revenir au « baccalauréat» , si on veut continuer à utiliser ce terme je pense qu'il faudrait soit lui rendre son contenu initial, soit trouver un autre terme pour les orientations technologiques et professionnelles. Mais ne crierait-on pas immédiatement à la discrimination ? :-)))


  sarah-k
sarah-k
19-06-07
à 17:00

Des baies du lauriers

"Et vu que le niveau de culture générale est inférieur, il est pour le moins étrange que le pourcentage de réussites soit nettement supérieur. "
Pas forcément! Il y a de nouvelles options, en lettres si tu es bon en cinéma, arts plastique, théâtre, musique ou langues, tu peux très bien t'en tirer avec des coeff 8 (comme dans mon exemple)
En sciences, c'est pareil avec la SVT et l'informatique.

"L'arrivée en seconde est un passage difficile pour les élèves, qui voient leurs notes baisser, explique le proviseur, Bernard Le Dilavrec, qui encourage cette expérience. Tout ce qui peut les mettre en confiance me semble utile. Avec cette méthode, les lycéens savent que, s'ils travaillent sérieusement, ils auront la moyenne."
J'ai trouvé très intéressant le lien que tu as noté, j'ai entendu parler de cette méthode qui ne me paraît pas sotte.
En France, la seconde est une classe très difficile , c'est un tronc commun.
Le saut qui est en fait en mathématiques de la 3 ème à la seconde est vertigineux, je trouve qu'il n'est pas inutile de guider les élèves.
Robin a eu 13 de moyenne en maths en 3 ème et 4 en seconde.
Sa prof de maths a organisé un grand naufrage et elle a regardé qui savait nager, 4 élèves (sur 30) passent en S (maths et physique).
La moyenne de la classe se situe à 6.
Quel objectif grandiose !

Cela ne me dérange pas du tout que chacun reçoive les "baies du lauriers"
Hier, j'ai vu un reportage sur le bac, il y a un Bac pro pompier.........vive les pompiers :-)))!
L'un dira, j'ai le Bac pompier, l'autre dira, j'ai le Bac philo.

Comme toi, je n'ai pas eu l'impression au lycée d'un marche ou crève...en fait, je ne me posais pas de question.
Je me souviens de quatres profs au Lycée Jean-Baptiste Corot où j'ai passé le Bac philo, 4 profs que j'ai appréciés...Madame Delcombre (français) Monsieur Romieux (français) Madame Hébert (philo) Madame Huguet (hist-géo) .

  DANNE Alexndre
28-03-08
à 09:54

Re: Des baies du lauriers

BRAVO!!!g 18ans et ken vs passeré votre année dans les bouquins pour avoir votre bac vous orai alors le droit d'en parler pour le moment ce n'est pas le cas.Et le bac dans notre scolarité c'est pas la le plus dure la véritable difficulté c'est d'arrive jusqu'à cette épreuve sans faillir.

  sarah-k
sarah-k
01-04-08
à 09:25

Des baies du lauriers

A mon avis, il va falloir quand même que tu mettes ton nez dans le Bescherelle.
Allez, courage!

  Bécassine
13-04-08
à 18:20

nul

Cenul le becherele

  sarah-k
sarah-k
13-04-08
à 19:22

hum

Tu devrais quand même demander que l'on te l'offre! 



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom