Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Les Voisins de la Place

Bla bla bla bla
sarah-k : Oui ! Je veux bien chanter mais en aucun cas, je prends le RER.
castor : Ne pas prendre le RER est effectivement une sage décision.
sarah-k : Tu es à Paris ?
castor : Oui, oui
sarah-k : Ah ! Ben, on se voit alors.
castor : Le dernier bar avant la fin du monde, Samedi?
sarah-k : C'est encore la fin du monde. Non ! Samedi, mariage....
castor : Dimanche?
suzanne-r : Simplement un p'tit coucou :-)
sarah-k : Un p'tit coucou Suzanne.
suzanne-r : 14/07/07 - je re-visite mon joueb ... que c'était naïf... mais je ris encore en lisant tes commentaires :-)
suzanne-r : 14/07/17 :-))) à force de visiter mes archives :-)))
sarah-k : Hello ! Suzanne
27/08/17.
Oui ! On a passé des bons moments.




Vous l'avez dit !

RESF numéro d'urgence

contact

Sur Place

Archive : tous les articles

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Pavane pour une syntaxe défunte (ou de l'éducation)
De l'éducation....

Pavane pour une syntaxe défunte
(et en musique , aussi beau que le bovélo de Ravel mais en plus triste, boooouh sortez les mouchoirs)



                                 
 
Désolée, mes deux loulous, c'est encore vous qui illustrerez mon propos

Cette rubrique est faîte pour parler de l'éducation !
Erudits, pas érudits, Travailleurs, Travailleuses, Collégiens, Collégiennes etc....cette rubrique est faîte pour vous, dîtes ce que vous avez sur le coeur, dîtes des horreurs.....

Sean Penn et son Jury ont pris cette année le parti de récompenser à Cannes le film : Entre les murs.
C'est l'histoire d'un prof de collège, non loin de la Place des fêtes qui enseigne à des classes de 4 ème et de 3 ème. (Collège Françoise Dolto, Paris 20)
Ce n'est pas un documentaire, le film est tiré du livre éponyme de François Bégaudeau (le prof dans le film) et certains dialogues ont été écrits par les élèves sous sa direction

Tout le monde suit??
Qu'est ce que vous dîtes??
C'est le jury qui zont donné la Palme ?
Où avez-vous vu un z ?
Faudra en reparler de ce : qui zont.......

La Palme, c'est évidemment, toujours un parti pris,esthétique,social,politique,voir cinématographique.
Normal : il y a les contents, les pas contents, les déçus, les j'm'en fous et les Chevaliers qui lavent plus blanc que blanc pour qui le "Graal", c'est la syntaaasque , c'est le beau langage, c'est les grands textes ( tiens, on fera une liste de petits textes et de moyens textes) et que Madame! Tout fout le camp, si ya plus de syntaaasque......

C'est qui qui, c'est Fi Fi, c'est Finkelkraut
Allez, dans le texte !
(faut cliquer, c'est un lien)

Il n'a pas vu le film, mais il en a entendu causer....
"Car la civilisation ne demande pas à la langue d'être efficace, d'être directe, de permettre à chacun de dire sans détour ce qu'il a sur le coeur ou dans les tripes, à l'instar de ce magistrat qui a conclu son réquisitoire contre un accusé terrifiant par ces mots : "A gerber !" La civilisation réclame le scrupule, la précision, la nuance et la courtoisie. C'est très exactement la raison pour laquelle l'apprentissage de la langue en passait, jusqu'à une date récente, par les grands textes."
(enfin, si vous lisez l'article en entier, c'est pire que ça)

Vous entendrez que Finkelkraut n'a jamais fait l'expérience d'une classe de collégiens devant lui et a sans doute comme modèle, une classe de l'X ou de terminale au collège Henri IV.
Loin de moi, l'idée, d'une apologie du droit à l'ignorance, d'une éducation à plusieurs vitesses mais Finkelfraut a la nostalgie d'un âge d'or qui n'a pas existé, ou plutôt qui n'a eu d'existence que pour une petite minorité.

Offense majeure, pour la civilisation que d'écouter (d'une oreille) certains pédagogues qui se questionnent ?
Ne peut-on pas à la fois accepter les évolutions du Français, comme langue parlée et écrite et étudier les textes en sachant que la langue a évolué ?
Il faudra bien que l'on se questionne et que l'on comprenne les rapports que nos collégiens entretiennent avec l'apprentissage et la connaissance, loin du dogmatisme de certains programmes.

1/ François Begaudeau parle du passé simple : ici
2/ Jean Crespi Docteur es lettres Paris 8 parle de "Pétasses": ici
3/ Pour Fernandel, l'imparfait du subjonctif n'est pas un obstacle : ici
4/ Et Robert qu'est artiss, y cause "mal" ici

2/ lien proposé par Impasse sud
3/ Lien déniché par Xel (La vie rêvée des ânes)









Ecrit par sarah-k, à 11:02 dans la rubrique "HUMEUR".

Commentaires :

  castor
castor
11-06-08
à 12:42

Fondamentalisme?

"Le fondamentalisme est arrogant, catégorique et binaire"

C'est bien le problème de la plupart des professeurs de français. Les textes des grands auteurs sont obligatoirement géniaux, ils doivent être compris de telle ou telle manière, et ce qu'en disent les élèves est bon ou ne l'est pas.

Du reste, réussir à ne pas être fondamentalisme en enseignant les fondamentaux de la littérature, c'est une gageure.

  Le-locataire-du-3e
Le-locataire-du-3e
13-06-08
à 17:48

J'ai beau avoir dix huit ans, j'ai essayé de comprendre où Finkelkraut voulait vraiment en venir. J'ai passé ces six derniers mois à l'écouter sur France Culture, j'en ai discuté avec ma mère qui est malade de le voir devenu un vieux con, et il y a des choses que je ne comprends toujours pas. D'une part, il soliloque. En fait, il ne fait que ça. Il a un ego démesuré. Vous allez me dire que c'est pas le seul. Mais le problème c'est que toute sa réflexion est déjà durcie autour de son nombril. D'autre part, j'ai beau être d'accord avec son rejet du relativisme culturel, du projet pédagogique qui s'est cassé la figure, je ne comprends pas pourquoi il ne sert pas de ces arguments dans un sens constructif, à savoir présenter un véritable projet de société (ce devrait-être à sa mesure, non ?), plutôt que de partir en vrille comme toujours... Il est vieux. C'est indéniable. Mais c'est quand même dommage.

Quand à la palme d'or, placez-moi du côté des sceptiques. Et surtout, j'attends le documentaire en 2018 "10 ans après"...


  sarah-k
sarah-k
16-06-08
à 08:31

Tout d'abord, bienvenue sur Place-des-fêtes.
Bravo, pour ta patience, écouter Finkielkraut, six mois de suite sur France culture, je te félicite!
J'ai du l'écouter deux fois et je suis passée sur France musique (toujours le même galimatia)
C'est toujours dommage d'échanger son intelligence contre de l'arrogance et de la suffisance.
Tu es sceptique à propos de quoi?
Du choix du jury du festival de Cannes ou du devenir de ces jeunes gens de troisième au collège Françoise Dolto ?
Si ton septicisme se rapporte aux élèves, il faut te dire qu'ils vont être à peu près dans les courbes de statistiques des élèves aujourd'hui en France.
A peu près 35% auront un bac dit général, d'autres bac pro et technologique, d'autres encore filière CAP et BEP (c'est la dernière année d'existence pour le BEP)
Je te parie qu'après cette expérience, un ou deux vont faire une carrière dans le cinéma ou dans l'audio-visuel.

Pour en finir avec Fink, c'est un habitué de la critique à Cannes.
Déja en 95, il nous avait sorti son couplet, « En récompensant, Underground de Kusturica le jury de Cannes a cru distinguer un créateur à l'imagination foisonnante, en fait, il a honoré un illustrateur servile et tape-à-l'œil de clichés criminels ; il a porté aux nues la version rock, postmoderne, décoiffante, branchée, américanisée, et tournée à Belgrade, de la propagande Serbe la plus radoteuse et la plus mensongère ».
Il reconnaîtra plus tard qu’il avait porté un jugement général sur la démarche du réalisateur, n'ayant pas encore vu le film .
Il voulait peut-être voir la Palme revenir à "Un conte de Noël" de Depleschin, normal, il s'y connait en contes (ceci dit j'aime beaucoup Depleschin)

  sarah-k
sarah-k
16-06-08
à 08:35

Les p'tits textes

Alors, c'est quoi des p'tits textes ?

  ImpasseSud
ImpasseSud
16-06-08
à 09:18

Re:

Tu as raison Sarah, il est probable qu'un ou deux (ou peut-être plus) des jeunes acteurs de ce film fasse carrière dans le cinéma ou l'audio-visuel. Qu'on soit d'accord ou non avec la méthode et les propos de Bégaudeau, il faut quand même lui reconnaître l'idée géniale d'avoir permis à son bouquin de devenir un film, ne serait-ce que pour l'intérêt, les questions et les discussions que le tournage puis le succès ont déclanché, non pas dans le grand public ou à l'Education nationale qui, hélas, oublieront bien vite (je serais heureuse d'être démentie !), mais chez tous les élèves de son collège.

  sarah-k
sarah-k
16-06-08
à 10:44

mini polémique

Ah, je ne sais pas, à cause de la Palme, l'éducation nationale va peut être s'y pencher (attention à la chute)

Les quelques habitants de Place des fêtes qui suivent Place des fêtes m'ont fait remarquer que le collège Françoise Dolto, c'est Paris 19 ! (quand il y une Palme, hein)
Ben, non, Françoise Dolto, c'est bien Paris 20.
Je vais quand même lire le bouquin avant de voir le film.
Ce qu'en disent les cahiers pédagogiques....(qui ne sont pas toujours de la tarte)

  sarah-k
sarah-k
16-06-08
à 11:29

En ce jour, j'ai trouvé un grand texte

Paresseux de tous poils : passez votre chemin, ce texte est très grand !


Paris le 20 du mois de as 83 E. P.
en la fête de S. Olibrius, augure.

Monsieur,

J'ai tenté depuis des semaines d'apporter au numéro que vous pressez une contribution valable, mais la sécheresse glaciale (si l'on ose préciser qu'il s'agit de glace sèche) de mon esprit n'a d'égale que la rigidité difforme de mes méandres cérébraux, et vous concevez que le tourbillon nerveux qui fait la force ordinaire de mon raisonnement se trouve quelque peu désorienté à suivre ces grandes voies rectilignes et désolées ; aussi, je n'ai pu accoucher que de quelques crottes intellectuelles des plus minables, encore qu'elles se trouvent rayées en hélice, ce qui peut surprendre. J'étais sur la voie de découvertes fructueuses concernant Dieu et son calcul, mais une équation de base me manque encore ; j'ai, cependant, abordé brusquement, un matin, une venelle étroite qui me semble pouvoir receler quelques fructueux développements. J'inclinerais à croire qu'il s'agit de morale, et je vais vous proposer telles quelles mes premières remarques. Il se peut que d'éminents pataphysiciens, moins touchés que moi par le piripipiose de l'hiver, (qui me paralyse, il faut l'avouer) y trouvent un point de départ à quelques exercices scientifiques de bon goût.

C'est encore une fois la Sagesse des Nations que j'ai mise à contribution. Ce réservoir inépuisable de matière pataphysique est une gamelle où je patouille avec une joie toujours neuve, et ma (modeste) découverte de ce jour me fut peut-être soufflée par la vue du chat de la maison (un chartreux écouillé mais fort sympathique) qui me remit sur la piste d'un vieux proverbe désuet, usé jusqu'à l'âme et qui ne semblait plus devoir rendre d'ultérieurs services (est-ce un service qu'il m'a rendu, voilà le point en débat, mais je m'attarde en parenthèses et je vous fais languir, pardon, monsieur).

" A bon chat bon rat "

peut donc paraître d'une nouveauté restreinte, mais se prête, vous l'allez voir, à de mirificques transformations. Je revins d'abord à la jarryque conception du rastron et rétablis le chapistron. A bon chapistron, bon rapistron, me dis-je (et par suite, A mauvais chapidem, mauvais rapidem, mais nous nous bornerons ici à des bouleversements substantifs). Puis, la lumière se fit, (dans les quinze watts, car je ne suis pas riche), et je me dis que l'" at " pouvait sans inconvénient être retranché des deux termes de cette sorte d'égalité (il me semble avoir précisé, voire démontré quelque part, que les combinaisons lettriques des mots sont additives ; et l'on omet les signes + pour simplifier une écriture qui sans cela ne manquerait pourtant point de grandeur, mais, monsieur, empêchez-moi donc de digresser comme cela sans cesse, merdre, à la fin !).
Ainsi, mathématiquement, l'égalité

A bon ch bon r

est parfaitement correcte ; et mes quinze watts en firent bientôt vingt-cinq, lorsque je me mis en devoir d'ajouter des quantités égales et positives, imaginaires ou réelles, aux deux termes. Or, voyez ma découverte : il y a là une source quasi infinie de nouveaux proverbes, et malgré mon humilité, je ne puis me retenir de penser que la morale y va trouver son compte. Je vous jette à la gueule quelques exemples.

A bon chien bon rien

Etrange égalité qui fait que le chien est au néant comme le chat est au rat. Peut-on en déduire que rien n'existe d'aussi bon que le chien ? C'est là sagesse un peu chinoise à mon goût ; je ne m'aventurerai pas à sonder les conséquences de ce point de vue.

A bon château bon râteau

Cela va de soi, et n'eût pas déplu à la comptesse de Ses Gurres ; a-t-on le droit de poser : à bon râteau, bon jardinier, voilà encore une énigme que les forces me manquent pour la résoudre (en charabia dans le texte original).

A bon chameau bon rameau

ne traduit évidemment que ce fait biologique : le chameau est un herbivore qui broute haut. A bon chai bon rai semble plus obscur, à cause de ce rai, justement, de lumière, qui s'y glisse par quelque pertuis. Voici qui va plus avant.

A bon changement bon rangement

En effet, pour modifier l'installation d'une pièce, il faut d'abord la mettre en désordre (par rapport à l'ex-ordre) puis la remettre en ordre (par rapport à ce désordre, le nouvel ordre pouvant être identique à ce désordre ; voyez cela, c'est juste).

A bon chieur, bon rieur

nous ramène au chapitre des torcheculs. Je passe sur les abondantes solutions réelles, et j'attire votre haute attention sur un premier cadeau du sort, toujours mansuet.
Nous pouvons évidemment concevoir une transformation de notre égalité, telle que l'un des deux vocables seulement soit réel ; et nous en déduirons une immense série de mots non pas imaginaires, mais virtuels plutôt, qui existent à l'état latent et voltigent sans bruit autour de nos épais sourcils jaunes. Ce grand planté de vocables va enrichir notre langue d'un tas de possibilités que nous n'aurons garde, pour la plus grande gloire de Faustroll, de laisser échapper.
A bon chapitre, bon rapitre (cf rastron)
A bon chascal, bon rascal
A bon chapin, bon rapin
A bon chapon, bon rapon.
Vous voici déjà en possession de rapitre, de chascal, de chapin et de rapon. Avouez que j'ai bossé, hein. Ici, on peut même découvrir des adjectifs ; tel :
A bon chabougri, bon rabougri ou des substantifs encore :
A bon chorizo, bon rorizo
A bon checul, bon recul
A bon choyaume, bon royaume
etc.
Je vous laisse le soin de définir le sens de ces mots nouveaux... d'ailleurs, il va de soi. Vous remarquerez que lorsque l'on égale deux termes non existants, on obtient alors une série de mots que l'on peut dire non plus virtuels mais imaginaires, tels
A bon chut bon rui
A bon chimimoto bon rimimoto
etc., etc.
1. Il s'ensuit de cz qui précède que l'on peut selon de bonnes probabilités faire correspondre ch à r dans les diverses égalités proverbiales où ils se rencontrent. D proche en proche, il doit y avoir moyen de transformer et d'enrichir tous les proverbes de ce type:
Tel père, tel-fils
(avec r = ch, donne : Tel pêche, tel fils, etc.)

Chi va piano va sano

qui donne, en ôtant l'ano,

chivapi... va s...

et pi = s
D'où en reportant :

Tel pêche, telfiipi

on pourra ôter le p dans les deux termes... mais vous apercevez devant vous l'extraordinaire mine que mon modeste point de départ fait s'entrouvrir devant vos globes oculaires ébahis.
2. Il me semble que l'on doit avoir le droit (et si on ne l'a pas, on le prend) de traiter de la sorte les équations du modèle

Qui vivra verra

(duquel on tire aussitôt : Quoi invite inerte (?)
ou celles du type Qui s'y frotte s'y pique )

Bref, la moitié au moins du dictionnaire nous manquait jusqu'ici, et comment voulez-vous parler de morale dans ces conditions-là ?
Je vous suis très faustrolliquement acquis.


Cahier 21 du Collège de 'Pataphysique
(22 sable 83 = 22 décembre 1955)

Boris Vian, évidemment.......

  Blouse-Meta
Blouse-Meta
16-06-08
à 23:48

En ce jour, j'ai trouvé un petit texte

Hors donc, si j'ai bien compris :

Ah beaux ris, bon vent...

ps : j'ai bon ?

 

  sarah-k
sarah-k
17-06-08
à 07:28

En ce jour, j'ai trouvé un petit texte


C'est une possibilité :-))!

  ImpasseSud
ImpasseSud
17-06-08
à 17:27

De toute façon...

... "d'après l'ultime prophétie de Nostradamus, l'Apocalypse aura lieu le 12 mars 2012
Pourvu qu'il ne pleuve pas!"

Dario Fo, L'Apocalisse rimandata


  sarah-k
sarah-k
17-06-08
à 21:48

De toute façon...

Espérons le :-)))))))))!



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom